Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

  • Club thérapeutique de Saumery

INTER-CLUB / T.R.U.C.

Le sourire...

...

Articles Récents

 

 

 

 

 

  

/ / /





LA MAIN A PLUME VAUT LA MAIN A CHARRUE 

Arthur Rimbaud, "Mauvais sang" dans "Une saison en enfer"



  La mise en place de l’exposition photographique présentée s’est déroulée en plusieurs étapes.

  Corinne a dans un premier temps choisi le thème des mains, inspiré entre autre d’une nouvelle de Stephen Zweig.

Elle a ensuite, grâce à ses connaissances techniques, réalisé elle-même les prises de vues.

Dans un second temps, nous avons choisi 19 photographies parmi un ensemble de 180 clichés. Pendant une durée d’environ 6 mois, nous avons effectué de façon minutieuse le tirage des clichés en laboratoire. Plusieurs pensionnaires et moniteurs ont participé à cette élaboration.

Corinne vous présente, aujourd’hui, le fruit de ce long travail.Les murs de la caféteria, fraîchement repeints, nous ont servi de cymaise.


L'Atelier Photo - Septembre 2003, Luis



 


 


"Je peux faire de la photo depuis que j’ai moins peur des corps. Le mien et celui des autres.

Prendre un appareil c’est toucher l’autre. Cela peut paraître intrusif, d’ailleurs certains ont refusé de se laisser prendre.

En effet, la photographie entre dans le corps, elle va au-delà même de la surface visible.

Faire de la photo, c’est rêver du monde invisible où tout est correspondance.

La symétrie des formes, la lumière et les ombres, l’angle de vue sont autant de signes que l’oeil ne voit pas s’il ne s’y attarde pas.

Maintenant je veux voir l’intérieur, là où est la vie. Les mains en sont l’exemple le plus expressif.

Elles aident, elles soulagent et elle créent.

Moi-même j’utilise mes mains pour photographier. Nous regardons toujours les mains de l’autre assis en face lorsque le visage est trop chargé d’émotion. Cela permet de baisser les yeux et ainsi d’entrer en soi-même, de se concentrer et de communiquer avec cet Autre.

Les mains sont une matière pensante. Elles parlent sans cesse à notre insu. Elles discutent entre elles, à nous, aux autres.

Indépendantes de notre volonté elles s’expriment librement.

Elles ont l’extraordinaire pouvoir de parler sans mot dire. Vouloir les cacher c’est encore dire. Il est intéressant de déchiffrer ces mots.

Photographier les mains c’est vouloir happer l’air, se glisser furtivement dans le mouvement, le cerner et s’en approcher. Entrer au sein d’une harmonie, s’y mêler sans peur et en saisir l’intelligence.

Veineuses ou lisses, jamais muettes. Pensives parfois, actives souvent.

Cette exposition vous montrera la Timide, la Discrète, la Volontaire, la Tranquille. Bref, autant de petites personnes que d’instants à saisir.

Elles suivent un mouvement intérieur telle une sonate de piano.

Elles virevoltent sur les touches, aucun son ne sort et c’est toute la beauté du mouvement que l’on entend d’abord.

Puis elles provoquent un glissement furtif de l’air. Alors par magie le sens des notes nous apparaît. L’air se charge d’émotion. La musique monte et descend, s’envole. Les mains la suivent, la précèdent, la rejoignent enfin.

Toute l’harmonie des sens est là.

Les mains sont notre petite musique intérieure."


Corinne






























Partager cette page

Repost 0
Published by