Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Club thérapeutique de Saumery

INTER-CLUB / T.R.U.C.

Le sourire...

...

Articles Récents

 

 

 

 

 

  

7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 12:40

Anne

Anne qui se déploie comme une fleur tachetée
Mire ses bras ronds de mollesse dans l'onde verte
Et subtile d'un lac endormi. Une main fine et irritée
Descends dans un souffle sur la poitrine découverte.


Un linge de soie caresse la gorge chaude et poivrée
De la belle indolente. Ses pupilles sont deux fentes
Profondes qui exaltent les âmes poudreuses et navrées
Grands jardins du désir où les cœurs s'alimentent.

  
Ses cheveux d'or incrustés de perles de nacre
Reposent au vent calme et serein ; la lune effrontée
Verse une lueur pâle sur les formes douces et âcres
Des vents belliqueux secouent la rêveuse tourmentée.
 

Une senteur glacée raisonne dans ses chairs noyées
Et mords sa peau de créature froide et blonde
Et comme un lointain souvenir fait tournoyer
Son cœur, son corps, sa tête délicate et furibonde.


Sur ses joues de carmin se pose de brûlants baisers
Lourds comme la grève, épopées gigantesques.
Son front vaste est un désert de plénitude apaisé
Où se dessinent de célestes et frêles arabesques.

Contrée lointaine, île de quiétude aux roches claires
Abîme sans fins, des navires orgueilleux assiègent
Son cœur digne et fier, mais sa vertu farouche désespère
Les amants, tourmentés tel l'Amour dans son manège.

Ô captive de l’amour, pâle esclave de béatitude !
Laisse les démons de l'aurore fendre ta lèvre irisée
Et l'aube au toit de feu baigné tes mamelles prudes
Laisse la lame froide lécher tes chairs boisées !


De tes fins vaisseaux retentissent les canons de l'Amour
Amères détonations qui fustigent l'air et les flots égarés
Sur ta poupe couronnée; le clairon lancinant des tambours
Tonnant brise les horizons ternies et les fumantes marées.


Comme une pieuvre remue ses membres longs et sombres
Étouffe sa proie ; dans Ses jambes la victime pâle et courbée
Se débat dans de vains et terribles ébats puis lassée, sombre
Lentement dans les gouffres sibyllins de la femme nimbée.

 

Jerome De Valois

Partager cet article

Repost 0
Published by Club thérapeutique de Saumery - dans Espace Création
commenter cet article

commentaires